mardi 13 août 2019

36e AMERICA'S CUP : L'AC75

AMERICA'S CUP 2021 : L'AC 75 (VF)

PLANS d'un AC75 

&

Silhouettes 

American Magic, Luna Rossa, Ines, Stars&Stripes, ETNZ


Très vite, après la 35eAmerica’s Cup qui s’est déroulée aux Bermudes à bord de catamarans, les AC50, et qui avait vu, du 17 au 26 juin 2017, la victoire sans appel d’Emirate Team New Zealand face au defender Oracle Team USA, la décision a été prise de changer le type de voilier pour courir la prochaine édition, en 2021.

Ainsi, dès le 11 septembre 2017, le nouveau détenteur du trophée, Emirate TNZ confirmait la proposition de Patrizio Bertelli, le patron du Challenger of Record, de disputer l’épreuve sur des monocoques à hautes performances. 



Le 20 novembre de la même année, après débats entre designers potentiels, le concept de ce monocoque — l’AC75 — était révélé. Celui-ci laissera davantage de liberté aux concepteurs les seules restrictions avancées visant à ce que les prouesses des concurrents demeurent le plus possible homogènes.

Ce monocoque à foils lestés pour surprenant qu’il soit, avait déjà été imaginé, quelque temps auparavant, par le yacht designer français Guillaume Verdier et l’ingénieur britannique Dan Bernasconi. Les deux compères — ils travaillent dans le design team d’Emirate — avaient développé ce concept de monocoque d’une douzaine de mètres de long, doté de foils latéraux lestés, pour le proposer à un client privé néo-zélandais, mais le bateau n’a malheureusement jamais été construit. 

Lorsqu’ils ont été consultés pour présenter un monocoque à foils pour la prochaine Cup, ils ont, bien évidemment, ressorti leur dossier…



Ainsi, en 2021, à Auckland, il faudra chevaucher de bien étranges voiliers, sans quille et plus aériens que jamais, les AC75, affublés de foils lestés, propulsés par des voiles «classiques» en tissu. Une belle manière de célébrer le 100eanniversaire du rêve des frères américains, Malcolm et Thomas A. McIntyre. 




Mais ce n’est que dans les années cinquante qu’un autre Américain, Gordon Baker, réalisera l’impensable en faisant voler pour la première fois un monocoque : Monitor



AC75 - CARACTÉRISTIQUES

Monocoque à foils/Monhohull with foils
Sloop à grand-voile double/Sloop with double main sail

Mise à l'eau des premiers voiliers/First AC75 launching – août/August 2019
Longueur/LOA - 20,70 m
Flottaison/LWL - 20,70 m

Bau/Beam - 4,80 à 5,00 m

Entre-axe des foils/ Center distance between axes - 4,10 m
Bau max avec foils/Maximum beam with foils - 14,10 m
Tirant d'eau max avec foils/Maximum draft with foils - 5 m

Tirant d'air/Air draft - 28 m

Bout-dehors /bowsprit - 2,16 m
Déplacement léger/Light displacement - 6,450 t
Déplacement lourd/Heavy displacement - 7,57 à 7,6 t
Foils/Foils weight - 2,430 t
Surface de la GV/Main sail area - 145 m2
Surface du foc/Jib area - 90 m2
Surface du Code Zéro/Code Zero area - 200 m2
Équipage/Crew - 11 + 1

ILLUSTRATIONS

1 — The Mule

Ce monocoque à foils, sur lequel s’entraîne l’équipage du défi du New York Yacht Club pour la Coupe de l’America, American Magic. Comme son nom l’indique, The Mule est une ébauche, modèle réduit du AC75 qui courra la Coupe en 2021 à Auckland. 

L’avantage du foil lesté, c’est qu’en cas de chavirement, le voilier peut se redresser tout seul, et surtout, cela augmente la capacité à tenir par vent fort. Ce dernier point est primordial dans la mesure où les régates devaient être annulées au-dessus de 24 nœuds de vent en 2017. 
Plutôt que des ailes, comme dans les trois dernières Coupes, les Néo-Zélandais ont préféré des voiles profilées, à double épaisseur, plus facile à établir, et moins couteuses.


Longueur/LOA -11,58 m
Bau/Beam - 3,30 m
Bau foils sortis/ 8,10 m
Bau max avec foils/Maximum beam with foils - 4,95 m
Tirant d’air/Air draft - 18 m
Vent minimum pour le décollage/Minimum wind - 5 /7 nœuds/knots
Surface de la grand-voile/Main sail area - 52 m²
Surface du foc/Jib area -34 
Déplacement/Displacement - 1,8 tonnes
Équipiers/Crew - 5

2 – Comparaison

L’aile des AC72 de 2013 demeure impressionnante, et l’on comprend que les équipages se sont fait des sueurs froides. Le choix d’un petit catamaran à foils en 2017 reste bien voilé par rapport à la longueur des plus modestes voiliers de l’histoire de l’America’s Cup. 
Sur les AC75, le centre de poussée de la voilure est très bas pour pouvoir naviguer dans un vent plus fort que dans les éditions précédentes.


3 – Trois vues de Luna Rossa, tel qu’il a été présenté en modèle réduit.

Cockpit très ouvert, le plan de pont s’inspire des derniers TP52, mais avec deux barres à roue très avancées.



4 – Plan de forme d’un AC75

À peine 7,6 tonnes pour une coque de 20,70 mètres sur 5 mètres de bau maximum, la flottaison étroite, 3,70 mètres, des fonds plats, des sections proches d’une carène à bouchains et des formes fortement tendues, comme peu de monocoques. Il est vraisemblable que certaines coques seront encore plus extrêmes.


5 – AC75 American Magic, silhouette


6 - AC75 Luna Rossa, silhouette


7 - AC75 Ineos, silhouette


8 - AC75 Stars&Stripes, silhouette


9 - AC75 ETNZ, silhouette


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire