Pages

lundi 30 janvier 2023

Évolution des formes des carènes des voiliers de la Whitbread, de 1974 à l’Ocean Race 2023.

 

PREMIERE PARTIE

Des Maxi des années 1970 aux premiers W60



Dès la première Whitbread Round The World Race, en 1974-75, la variété des plans des concurrents donne le ton à cette saga. 

©Francois Chevalier 

Le premier Français, le Grand Louis d’André Vian, se place troisième, avec un plan de Dominique Presles, construit en sandwich polyester et mousse de polyuréthane, portant un gréement de goélette avec 18,40 mètres de longueur sur 4,60 mètres. 
1974 Sayula II


Le quatrième appartient à Jack Grout, son Kriter, de 20,27 mètres, est gréé en ketch, et construit en bois moulé sur les plans de Georges Auzépy-Brenneur.

Pen Duick VI Sections

Ces deux voiliers construits pour cette aventure, ont un air de bateau de charter confortable, assez éloigné de la conception de Pen Duick VI, long de 22,25 mètres, en aluminium, aux formes dérivées des dernières créations de coursiers IOR d’André Mauric, avec un lest en uranium appauvri.

1974 Sayula II Lines


Cependant, c’est un grand classique qui s’impose, le Swan 65 de série Sayula II, conçu par le cabinet Sparkman & Stephens, qui dominent la course depuis les années 1930. Avec un bau maxi généreux, des formes qui lui assurent raideur et finesse, très équilibré, le voilier garde sa vitesse dans la mer formée. 


Pour l’édition 1977-78, l’allemand Cornelis van Rietschoten demande au cabinet Sparkman & Stephens de lui concevoir un vainqueur, de 65 pieds, mais avec une plus grande longueur à la flottaison, Flyer. Construit en aluminium par le chantier Huisman, le résultat s’avère redoutable. Il s’impose devant deux autres plans S & S, le Swan 65 Kind’s Legend et Traité de Rome, également construit chez Huisman.


1977 Flyer

En 1981, la Whitbread compte 29 partants, provenant de 14 nations. Si les plans S & S dominent, avec 6 concurrents, German Frers a quatre voiliers dont Flyer II de Cornelis van Rietschoten, de 23,16 mètres, qui a précisé sur sa commande qu’il désirait arriver le premier à chaque étape, ce qu’il réussit à faire. Charles Heidsieck III, un plan Vaton, à Alain Gabbay, arrive second. André Vian le suit avec son Kriter XI, un Frers de 19,00 mètres. Le quatrième, Disque d’Or III à Pierre Fehlman, est dû au crayon de Bruce Farr, spécialiste des voiliers qui surfent et planent volontiers, mais le bateau s’avère un peu chargé pour la circonstance.


1982 Flyer

Quatre ans plus tard, la Whitbread repart avec 15 concurrents, L’Esprit d’Équipe, un plan Briand de 17,60 mètres, qui courrait l’édition précédente sous le nom de 33 Export, l’emporte en temps compensé. Avec un déplacement léger et un gréement fractionné, équipage réduit, Lionel Péan s’impose devant la montée en puissance des plans de Bruce Farr, dont UBS Swiitzerland qui révolutionne l’architecture des Maxi. Le cabinet allemand Judel /Vrolijk fait son entrée en scène avec Phillips Innovator qui arrive second.

1985-86 L'esprit d'Equipe


En 1989, le cabinet Farr Yacht Design domine la course, avec les trois premières places, Peter Blake sur Steinlager 2, Grant Dalton sur Fisher & Paykel NZ et Pierre Fehlman sur Merit. Alain Gabbay arrive sixième avec un déplacement léger Charles Jourdan de 21,90 mètres, dessiné par Guy Ribadeau.

1989-90 Steinlager 2


Pour sa sixième édition, la Whitbread innove et introduit les W60, au milieu de 5 Maxi, dont trois plans Farr en tête. D’une longueur de 19,50 mètres pour un bau de 5,25 mètres et un tirant d’eau de 3,25, le tirant d’air est de 26 mètres et le déplacement limité à 13,500 kg. Bruce Farr dessine 7 des 10 concurrents qui peuvent avoir des ballasts d’eau et ont une quille fixe. Ross Field remporte le trophée dans sa classe sur Yamaha.


Le plan de forme de New Zealand Endeavour montre bien l’interprétation de la jauge IOR de Bruce Farr, avec des formes extrêmement tendues sur l’avant, une énorme bosse de jauge au couple numéro 6, où les lignes d’eau convergent et un arrière fuyant, avec un fond pratiquement plat et des flancs évasés. 

1993-94 Yamaha



1993-94 New Zealand Endeavour 

THE EVOLUTION OF THE HULL DESIGNS OF THE WITHBREAD YACHTS, SINCE 1974 TO THE OCEAN RACE 2023

PART ONE

From the 1970s Maxi to the first W60



From the first Whitbread Round the World Race, in 1974-75, the diversity of the competitors' designs has set the tone for this saga. 

©Francois Chevalier 

The first French competitor, André Vian's Grand Louis, finished 3rd, with a Dominique Presles design, built in polyester and polyurethane foam sandwich, fitted with a schooner rig with a length of 18.40 meters by 4.60 meters at beam. 

1974 Sayula II


The 4th, Jack Grout's Kriter, was 20.27 meters long, fitted as a ketch, and built out of molded wood according to Georges Auzépy-Brenneur’s the drawings.

Pen Duick VI Sections

These two yachts designed for this adventure, looked like comfortable charter boats, quite different from the design of Pen Duick VI, 22.25 meters long, built in aluminum, with shapes derived from the last creations of André Mauric's IOR racers, with a ballast in depleted uranium.

1974 Sayula II Lines

However, it was a great classic, the Sayula II series Swan 65, designed by Sparkman & Stephens, who had been leading the race since the 1930s. With a generously sized beam, shapes that provided stiffness and slenderness, and very well balanced, the yacht kept its speed in heavy seas. 

For the 1977-78 edition, the German Cornelis van Rietschoten asked Sparkman & Stephens to design a 65-foot winner with a longer waterline length, Flyer. Built in aluminum by the Huisman yard, the result was impressive. She won ahead of two other S & S designs, the Swan 65 Kind's Legend and Traité de Rome, also built at Huisman.

1977 Flyer

The 1981 Whitbread counted 29 starters, coming from 14 nations. While the S & S designs dominated, with 6 competitors, German Frers had four yachts, including the 23.16 meters long Cornelis van Rietschoten's Flyer II, who specified in his order that he wished to arrive first at each leg, which he managed to do. Alain Gabbay's Charles Heidsieck III, arrived second. André Vian followed him with his Kriter XI, a 19 meter Frers. The fourth yacht, Pierre Fehlman's Disque d'Or III, a Bruce Farr’s design, who was a specialist in surfing yachts, was a bit heavy for the occasion.

1982 Flyer

Four years later, the Whitbread was sailed again with 15 participants. L'Esprit d'Équipe, a 17.60 meter Philippe Briand's design, which had raced the previous edition under the name 33 Export, won on corrected time. With a light displacement and a fractional rig and reduced crew, Lionel Péan went first ahead of the rising strength of Bruce Farr's designs, including UBS Switzerland which revolutionized the design of Maxi yachts. The German company Judel/Vrolijk made its debut with Phillips Innovator, which finished second.
1985-86 L'esprit d'Equipe


In 1989, Farr Yacht Design office was the leading firm taking the three first positions, Peter Blake on Steinlager 2, Grant Dalton with Fisher & Paykel NZ and Pierre Fehlman aboard Merit. Alain Gabbay arrived in 6th position with the Guy Ribadeau's design Charles Jourdan, a light displacement of 21.90 meters.
1989-90 Steinlager 2


For its sixth edition, the Whitbread broke new ground and launched the W60s, in the midst of five Maxi yachts, including three Farr designs in the leading position. With a length of 19.50 m for a beam of 5.25 m and a draft of 3.25 m, the air draft was 26 m and the displacement limited to 13,500 kg. Bruce Farr designed 7 of the 10 racers that could be filled with water ballast and had a fixed keel. Ross Field won the trophy in her class aboard Yamaha.

The New Zealand Endeavour's design shows Bruce Farr's understanding of the IOR rule, with extremely stretched bow shapes, a huge measurement bulge at frame number 6, where the water lines converge, and with a tapering stern, with a virtually flat bottom and flared sides. 
1993-94 Yamaha



1993-94 New Zealand Endeavour 

lundi 26 décembre 2022

SYDNEY HOBART YACHT RACE 2022

 

THE FOUR 100 FOOT IN HOBART or THE BATTLE OF GIANTS

LES QUATRE 100 PIEDS À HOBART ou LA BATAILLE DES GEANT

Four 100 ft (30.48 m) maxis, among the 120 boats entered, tookthe start of the seventy-seventh Rolex Sydney Hobart race on December 26.


Quatre maxi de cent pieds (30,48 m) parmi les 120 voiliers inscrits, ont pris le départ de la soixante-dix-septième Rolex Sydney Hobart en Australie le 26 décembre.


1 - ANDOO COMANCHE, ex-COMANCHE

Andoo Comanche has held the record for the event since 2017 in 1 day, 9 hours, 15 minutes and 24 seconds. He has crossed the line three times as the winner, his favorite pace is downwind.

Andoo Comanche détient le record de l’épreuve depuis 2017 en 1 jour, 9 heures, 15 minutes et 24 secondes. Il a franchit la ligne trois fois en vainqueur, son allure préférée est le portant.

ANDOO COMANCHE

2 - LawConnect, ex-INFOTRACK, ex-PERPETUAL LOYAL, ex-RAMBLER 100, ex-SPEEDBOAT, ex-VIRGINE MONEY, ex-SPEEDBOAT

Perpetual Loyal finished first in 2016, clocking a record on the course by 5 hours less than the previous one, then held by Wild Oats XI.

Perpetual Loyal est arrivé en tête en 2016, établissant un record sur le parcours de 5 heures de moins que le précédent, détenu alors par Wild Oats XI.


LawConnect










3 - WILD OATS XI

Since 2005, Wild Oats XI has set the record for the most victories in Hobart, with nine "Lines Honors", two of which were time records, and an IRC win in 2012.

Depuis 2005, Wild Oats XI détient le record du nombre de victoires à Hobart, soit neuf “Lines Honors’’, dont deux temps records, et une victoire en IRC, en 2012.

WILD OATS XI


4 - BLACK JACK 100, ex-ESIMIT EUROPA II, ex-ALFA ROMEO II, ex-SHOCKWAVE

In 2009, Alfa Romeo II came out on top. Extensively modified by the original designer and yard on the aft quarter in 2019, Black Jack 100 finished first last year, in 2021.   

En 2009, Alfa Romeo II était arrivé en tête. Modifié profondément par l’architecte et le chantier d’origine  sur la moitié arrière en 2019, Black Jack 100 est arrivé le premier l’année dernière, en 2021.  

BLACK JACK 100






mercredi 1 juin 2022

U L T I M

DERNIÈRES ÉVOLUTIONS DES ULTIM
ANALYSE 


GITANA 17
©François Chevalier Juin 2022

À chaque fois qu’un voilier remarquable sort de chantier, je suis tenté d’en étudier les formes afin de les comparer avec celles de ses concurrents directs. Voilà cinq ans déjà, je regardais la mise à l’eau de l’Ultim, 32 mètres x 23 mètres, Gitana 17. Mais je reculais devant la tâche. Il s’agit de formes si tendues que j’hésitais à me lancer dans cette analyse.

Avec le lancement l’année dernière de deux Ultim, Banque Populaire XI et SVR-Lazartigue, il devenait indispensable de s’arrêter quelques instants sur l’évolution architecturale de ces impressionnants trimarans volants.


GITANA 17


Les études du Gitana 17, appelé alors Maxi Edmond de Rothschild, ont débuté dès 2014, avec une mise en chantier en octobre de l’année suivante. Il bénéficie de l’expérience et du talent de l’architecte Guillaume Verdier en matière de multicoques volants. Les études de foils, en particulier l’aile de raie sur la dérive centrale et les safrans rétractables porteurs, ont été testées sur le MOD 70, Gitana 15, qui deviendra le Maserati aux nombreux records de Giovanni Soldini.


Par rapport au voilier mis à l’eau en juillet 2017, de nombreuses modifications ont été rapportées, comme le carénage des bras, les appendices et l’aérodynamique en générale. Les bras sont orientés sur l’avant des flotteurs, afin de diminuer l’impact en mer formée. Le cockpit, en avant du bras arrière, s’inspire des derniers IMOCA. 


GITANA 17 (2017-2022)
©François Chevalier Juin 2022



BANQUE POPULAIRE XI



Banque Populaire XI est le fruit du développement du précédent IX détruit lors de la Route du Rhum 2018, sa première course. Dès janvier 2019, le sponsor annonce le lancement d’un nouveau Ultim, toujours avec VPLP. 


BANQUE POPULAIRE XI
©François Chevalier Juin 2022


Il est équipé de foils et de safrans de dernière génération. Les études ont surtout porté sur l’aérodynamique, en particulier sur le pont, le roof et le cockpit. Les flotteurs sont sortis des mêmes moules que ceux de Sodebo Ultim 3. La structure des bras en X permet de recentrer les poids.


BANQUE POPULAIRE XI
©François Chevalier Juin 2022



SVR-LAZARTIGUE


SVR-Lazartigue a dès sa première apparition créé la surprise. Un pont flush deck, avec trois endroits pour barrer à vue, deux cockpits de chaque côté type aviation, en arrière du pied de mât, équipé de volant type AC50, et un central derrière le bras arrière. Pour cet Ultim, VPLP est parti d’une feuille blanche, avec l’aval de François Gabart, désireux de renouveler le genre. Le pont offre une surface plate qui permet de descendre la bôme à ras en faisant effet de plaque, comme sur les multicoques de l’America’s Cup. 


SVR-LAZARTIGUE
©François Chevalier Juin 2022


La structure a été simplifiée afin de réduire les poids, les deux bras sont volontairement perpendiculaires à la coque centrale, afin d’en réduire la longueur et la section. Des trois Ultim analysés, le mât est le plus en arrière, afin de reculer le centre de poussée.


SVR-LAZARTIGUE
©François Chevalier Juin 2022



GITANA 17 - COQUE CENTRALE


La coque centrale est exceptionnellement pincée. Elle présente des fonds très plats, une ligne de quille tendue, surtout sur l’arrière, la volonté est de planer le plus tôt possible. La flottaison étroite, dont la largeur maxi se situe très en arrière, avant le bras arrière, augmente la finesse de pénétration dans l’air et l’eau. 


GITANA 17 - COQUE CENTRALE
©François Chevalier Juin 2022

Avec un volume de coque relativement réduit, la surface développée de l’ensemble permet d’en diminuer le poids. 



BANQUE POPULAIRE XI - COQUE CENTRALE


La coque est assez poche de celle de Gitana 17, avec des flancs plus rectilignes et légèrement plus évasés, ce qui entraîne une flottaison plus large et une surface de pont plus importante. 


BANQUE POPULAIRE XI- COQUE CENTRALE
©François Chevalier Juin 2022

La ligne de quille est moins tendue sur a partie arrière.



SVR-LAZARTIGUE - COQUE CENTRALE


L’étrave est très inversée, comme sur les AC45, et la ligne de quille assez creuse. Les fonds sont relativement plus arrondis que ses deux concurrents, surtout dans la partie centrale, pour un passage plus doux dans les phases d’entrée et de sortie dans l’eau, ce qui entraîne aussi une réduction de surface mouillée. Les flancs sont très évasés, avec une généreuse réserve de flottabilité, permettant de créer un espace de manœuvre sous le pont, en arrière du mât, avec ses deux sorties par les cockpits latéraux.

SVR-LAZARTIGUE - COQUE CENTRALE
©François Chevalier Juin 2022

Les équipiers aux winches sont totalement à l’abri des embruns. Si la surface frontale de la coque elle-même, qui définit la résistance à l’air et aux embruns, est supérieure aux autres concurrents, celle de l’ensemble coque et pont est bien inférieure. 



GITANA 17 - FLOTTEURS


L’étrave et les sections sont proches d’un AC45, avec des fonds plus plats à l’avant et à l’arrière. 

GITANA 17 - FLOTTEURS
©François Chevalier Juin 2022


Étroits et assez hauts, ils offrent une bonne réserve de flottabilité.



BANQUE POPULAIRE XI - FLOTTEURS


Leur section est assez conventionnelle, étrave tulipée, fonds plats à l’avant et l’arrière, arrondis au centre, flancs évasés et pont en pointe.



BANQUE POPULAIRE XI - FLOTTEURS
©François Chevalier Juin 2022

Ils ont une relative bonne réserve de flottaison.




SVR-LAZARTIGUE - FLOTTEURS


Avec une étrave inversée, ils sont un peu moins larges que ceux de Banque Populaire XI, mais plus hauts, flancs légèrement évasés et pont en pointe. 



SVR-LAZARTIGUE
 - FLOTTEURS
©François Chevalier Juin 2022

Les fonds dans la partie centrale sont plus arrondis que sur les deux autres. Ils ont autant de volume que ceux de Gitana 17 et 10% de plus de volume que ceux de Banque Populaire XI.



SECTIONS DES TROIS ULTIMES


Une vue des sections des trois Ultim met en évidence leurs différences architecturales.


©François Chevalier Juin 2022


Le secret qui entoure la conception et la construction de ces Ultim, que l’on constate de plus en plus partout ailleurs, rend de plus en plus difficile l’analyse de l’évolution architecturale.


Les communiqués de presse ne nous apprennent pas grand-chose des modifications effectuées lors des remises en chantier d’hiver. Mais la mise à l’eau d’un voilier dévoile ses formes, et personne ne pourra m’empêcher d’essayer de les reconstituer, afin de vous les montrer et de tenter de les comparer.


Ultim


Longueur hors tout maxi : 32 m

Bau maxi : 23 m 

Tirant d’air : 120 % de la plus grande longueur.


François Chevalier - 1er juin 2022