mardi 21 juillet 2015

FOILS SAGA DEUXIEME PARTIE

LA SAGA DES FOILS

Deuxième Partie

Par François Chevalier & Jacques Taglang


L'America's Cup : un défi technologique depuis 1851 !
©ACEA/Gilles Martin-Raget
« Un jour, tous les bateaux voleront… » 
Éric Tabarly (1987)




Alexander Graham Bell (1847-1922)

Collection Chevalier-Taglang

Alexander Graham Bell, l’inventeur du téléphone, acquéreur du brevet de Forlanini, réalise en 1912 l’Hydrodrome HD-1 avec le Canadien Frederick W. « Casey » Baldwin. C’est un engin en canard, avec un foil sur l’avant et deux foils à échelle en bout d’aile à l’arrière. Le moteur est un Gnome de 70 CV. Ils dépassent les 70 km/h.

Alexander Graham Bell National Historic Site
Lancé en juillet 1919, le prototype HD-4 est doté de deux moteurs Renault de 350 CV. Il établit un nouveau record du monde sur l’eau, 70,86 nœuds (131,23 km/h).

Alexander Graham Bell National Historic Site

1960-1980, Navires à moteur à foils

Pendant cette période, toutes les marines du monde ont développé des embarcations sur foils.
Boeing a notamment créé le célèbre Pegasus NATO PHM, capable de lancer des missiles anti-navires en pleine vitesse.

Photo Boeing
Pegasus NATO PHM
Longueur : 40 m
Bau : 8,60 m
Largeur des foils : 14,50 m
Tirant d’eau : 2,70/7,10 m
Déplacement : 246 t
Puissance : 18 000 CV
Vitesse de croisière : 40 nœuds (74 km/h)

Jane’s Surface Skimmers
Parallèlement, les navires à passagers à foils ont connu un grand succès dans ces années.
En URSS, le Meteor et le Kometa, qui ont une capacité d’une centaine de personnes, ont été exportés dans plus de vingt pays.

Collection Avi Abrams
Kometa
Longueur : 35,10 m
Bau : 9,60 m
Tirant d’eau : 1,70/3,60 m
Déplacement à vide : 37 t
Puissance : 2 x 1100 cv
Vitesse de croisière : 34 nœuds (63 km/h)
Jane’s Surface Skimmers


Les hydrofoils à voile

Malcom et Thomas A. McIntyre

Les frères Malcom et Thomas A. McIntyre déposent le 19 octobre 1920, le premier brevet connu de voilier à foils.

US Patent
Les foils peuvent être de grands plans inclinés, à la façon de l’Hydroptère, ou
en échelles, ou rétractables.

Il est possible que des maquettes aient été réalisées, mais il n’en reste pas de trace.

US Patent
Robert Rowe Gilruth (1923-2000) et Bill Carl

En 1938, Robert Rowe Gilruth et Bill Carl, membres de la NACA – National Advisory Committee for Aeronautics (qui deviendra la NASA) testent l’efficacité des foils sur un modèle, puis en 1941 sur Catafoil, petit catamaran de 3,65 m. Très vite, ils parviennent à faire voler le voilier qui décolle dès 5 nœuds de vent (9 km/h).

Collection AYRS
La vitesse de ce petit catamaran plafonne à 12 nœuds (22 km/h).

Extrait du brevet de Robert Rowe Gilruth, le grand foil en V est en arrière du mât
US Patent    
J. Gordon Baker

En 1950, l’industriel américain Gordon Baker, président de la Société Gordon Company, construit et fait naviguer Towboat II, un frêle esquif de 4,90 mètres de long, très étroit, gréé en cat-boat, qu’il équipé de foils en V. Il atteint la vitesse de 20 nœuds (37 km/h).

Collection AYRS

Conforté par ses résultats, Baker prend contact avec l’US Navy pour obtenir un financement afin de perfectionner son voilier.

Le projet (Monitor), à l’origine, en 1954, comportait deux ailes en aluminium pour la propulsion.

© François Chevalier
La coque a une longueur de 8 mètres, pour un bau de 1,50 mètre.
© François Chevalier
Gordon avait prévu une banquette centrale pour deux passagers.

© François Chevalier

Deux ailes rotatives afin d’obtenir un effet biplan.

Pour réduire les coûts, il est décidé de ne pas réaliser les ailes et d’équiper le voilier d’un gréement de sloop. Monitor atteint 30,4 nœuds (56 km/h) à la voile en 1955.

Mariners Museum à Newport News

Détail montrant les foils en échelle et le système de réglage d’incidence.

Mariners Museum à Newport News
Système d’orientation du foil-safran arrière.

Mariners Museum à Newport News
Monitor est conservé au Mariners Museum à Newport News VA.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire