vendredi 9 avril 2021

36th AMERICA'S CUP: ANALYSE de la VICTOIRE de TE RUHATAI

 Analyse de la Victoire de TNZ


Avant de démêler ce que sera la prochaine America’s Cup, il est indispensable de comprendre pourquoi Te Rehutai a été le plus rapide, sur le plan architectural, et je n’ai pas vraiment vu d’explications dans la presse. 

 


Tout d’abord, Guillaume Verdier, l’initiateur des AC75, a une vision globale du voilier idéal plus homogène, dans la mesure où il en est l’inventeur. Premier point, l’AC75 doit voler dès que le vent permet le départ des régates. Second point, la coque doit avoir une fonction d’aile d’avion à basse vitesse, et près du sol. Aussi le navire est traité comme un hydravion devant décoller et se maintenir au-dessus de l’eau à basse vitesse. 



L’étrave de Te Rehutai est particulièrement découpée comme celle d’un Catalina. Seuls les deux cockpits émergent de l’aile, le plus étroit possible. Le pont est abaissé au maximum en tenant compte des points de mesure minima, le fond de la coque est en aile de mouette et le plus plat possible sur l’arrière pour assurer l’effet de sol. Résultat, une surface frontale de 10 à 15 % inférieure aux challengers. Enfin, les foils ont deux fonctions, raideur par le lest, et la portance, donc le poids sera dans un obus, et les ailes sont longues, fines et horizontales, pour un maximum de portance et un minimum de traînée. Peut-être pas autant de portance que son proche concurrent qui a opté pour de larges ailes qui contiennent le lest, mais les Néo-Zeds remontent le vent avec un VMG légèrement supérieur.


Le cocktail est inédit, étonnant, un peu tarabiscoté, mais gagnant!



36th AMERICA'S CUP: ANALYSIS of TE RUHATAI's VICTORY

 Analysis of TNZ's Victory


Before unraveling what, the next America’s Cup will be like, it is essential to understand why Te Rehutai was the fastest, in yacht designing terms, and I haven’t really seen an explanation in the press.

 


First, Guillaume Verdier, the initiator of the AC75, has a global vision of the ideal sailboat that is more homogeneous, as he is the inventor. 


The first point, the AC75 must fly as soon as the wind allows the start of the regatta. 



The second point, the hull must have a function of an airplane wing at low speed, and near the land. Also, the ship is treated like a seaplane that must take off and stay above the water at low speed. The bow of Te Rehutai is particularly cut out like that of a Catalina. Only the two cockpits emerge from the wing, as narrow as possible. 


The deck is lowered as much as possible, considering the minimum measurement points, the bottom of the hull is seagull-winged and as flat as possible on the stern to ensure the land effect. The result is a frontal area 10 to 15% smaller than the challengers.


Finally, the foils have two functions, stiffness through ballast, and lift, so the weight will be in a bullet, and the wings are long, thin, and horizontal, for maximum lift and minimum drag. Maybe not as much lift as its close competitor who has opted for wide wings that contain the ballast, but the Neo-Zed goes upwind with a slightly higher VMG.


The cocktail is new, surprising, a little convoluted, but a winner!